Projet d’unité de méthanisation territoriale sur la zone d’activité intercommunale d’Ecoublanc

par Serge Fauve  -  17 Novembre 2012, 11:03  -  #infos communales

Depuis un an, l’entreprise Vol-V Biomasse étudie l’implantation d’une unité de méthanisation sur une parcelle de 19 000 m2, située le long de la ligne de chemin de fer, sur notre zone d’activité.

Si cette étude a été initialement initiée par Didier Huguet Maire de Châteaudun et Serge Fauve Maire de Marboué, le projet est maintenant approuvé par l’ensemble des membres du syndicat intercommunal qui gère la zone.

 

L’objectif de la société Vol-V Biomasse est de produire de l’énergie renouvelable en valorisant les matières issues de l’industrie agro-alimentaire et de l’agro-industrie (résidus de production), des collectivités (restes de repas, déchets verts), de déchets de supermarchés et de l’agriculture (paille, fumiers des élevages du secteur).

 

La centrale devrait ainsi produire plus de 3 000 000 m3 de biogaz par an. Il existe aujourd’hui 2 moyens de valoriser le biogaz produit :

-          SOIT cogénérer ce biogaz avec un moteur pour produire à la fois de l’électricité qui est vendue au réseau (équivalent à la consommation en électricité de 3 065 personne)) et de la chaleur sous forme d’eau chaude qui doit être valorisée auprès d’industriels et de collectivités situés à proximité (équivalent à la consommation en chaleur de 330 foyers) ;

-          SOIT épurer ce biogaz pour ne garder que le biométhane et l’injecter dans le réseau de gaz naturel (équivalent à la consommation de 1 260 voitures parcourant 20 000 km par an).

Les conclusions des premières études orientent ce projet vers l’injection directe du biométhane dans le réseau de gaz naturel qui passe sur la zone d’activité.

 

En parallèle cette unité de méthanisation produira quelques 14 000 tonnes de digestat par an. Ce résidu du processus de méthanisation a vocation à être épandu comme amendement organique sur les terres agricoles, c’est pourquoi la société sera très vigilante sur la qualité de l’approvisionnement. Ce digestat sera redistribué aux agriculteurs qui approvisionneront l’unité, et ceux-ci bénéficieront d’un solde agronomique positif. C’est donc une véritable valeur ajoutée pour les agriculteurs compte tenu du prix actuel.

 

Une réelle synergie se crée ainsi entre les différents acteurs :

- les industriels et les collectivités trouvent pour leurs sous-produits organiques une solution locale de valorisation performante et respectueuse de l’environnement,

- les agriculteurs, outre les intérêts agronomiques obtenus à travers l’échange matière-digestat, participent à un service pour la société : ils valorisent les matières des collectivités et des industriels

- les usagers, qu’ils soient habitants ou industriels, utilisent l’énergie renouvelable produite localement,

- le territoire dans son ensemble, à travers :

-          la création d’emplois locaux : entre 3 à 5 emplois sur le site et environ 3 à 5 emplois indirects (collecte, épandage),

-          des ressources fiscales pour les collectivités,

-          et environ 7 millions d’euros d’investissements initiaux par la société qui nous espérons profiteront aux entreprises locales.

 

Concernant les interrogations liées à la méthanisation, les risques sont minimes puisque le gaz n’est pas stocké sous pression et est introduit dans le réseau au fur et à mesure de sa production.

D’autre part, la méthanisation étant un processus de dégradation de la matière organique en absence d’oxygène, les risques d’odeurs sont absents au niveau du process puisque la matière n’a pas de contact avec l’air.

En aval du process, le digestat est stabilisé et désodorisé par rapport à la matière fraîche (la méthanisation est d’ailleurs utilisée en Bretagne pour traiter les lisiers et ainsi fortement réduire les odeurs lors des épandages).

En amont du process, Vol-V Biomasse s’engage à mettre en place les équipements nécessaires à la réception (hall de stockage désodorisé, cuves fermées, etc.) adaptés en fonction de la nature des matières à méthaniser.

Enfin, au niveau des transports occasionnés, l’unité devrait engendrer entre 5 et 8 rotations de camions par jour ouvré en moyenne, ce qui entre tout à fait dans les transports prévus et acceptés par notre zone.

 

Ce site sera soumis à la réglementation sur les Installations Classées pour la Protection de l’Environnement.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

CHAPRON MARYVONNE 25/04/2015 14:34

halte à ces usines à merde qui puent.Impossible de manger dehors, profusions de mouche et rotations de camions à ne plus en finir. ce type d'usine fonctionne 24H/24H 7J/7