A l'Echo Républicain ils volent de plus en plus bas.

par Serge Fauve  -  4 Février 2012, 08:17  -  #Ma position sur .....

Difficile d'écrire un article quand les amis de la droite ne sont pas la pour inaugurer les belles 6ème rencontres cinématographiques du Compa.

En effet, en cette belle soirée, seuls 2 élus se sont déplacés. Pas de chance, ils sont tous les 2 de gauche...

Pour l'un, Jean Jacques CHATEL, Conseiller Régional et Maire de Mainvilliers, cela montre tout l'intérêt qu'il porte aux manifestations se situant sur son territoire.

Pour l'autre, Serge FAUVE, Conseiller Général du canton de Châteaudun et Maire de Marboué, cela prouve qu'il ne se cantonne pas uniquement à son canton et qu'il sait apporter son soutien aux manifestations culturelles départementales lorsqu'elles sont de qualité.

Serge FAUVE a du improviser dans l'urgence pour suppléer l'absence du président de la commission culture du Conseil Général Olivier Marleix. Il est clair qu'il n'aurait eu, comme d'habitude, la parole si un autre Conseiller Général de la majorité UMP / Nouveau Centre avait été présent. Mais pour eux, le cinéma et l'art...

Alors qu'est-ce qu'ils ont dit tous les deux, cela vous ne le saurez jamais...

Mais fallait bien que l'Echo Républicain ce "journal déontologiquement apolitique" s'exprime sur l'ouverture de ces rencontres et voici tout ce qu'ils en ont retenu :

 

  Indiscrétions - L'Echo - 29.01.2012 - p.3

Décidemment ces journalistes n'ont pas la même vue lors des cérémonies de voeux où les oeuvres d'art, qui n'ont pu être remisées, servent de desserte pour tous les verres vides et autres papiers à petits fours...

Décidemment si le diable se cache dans les détails on pourrait se demander où les porte-manteaux se cachaient...

Mais aussi "Môssieu le journaleux" à vous qui avez une approche bourgeoise et élitiste de l’art : Non, ce tracteur n’est pas un amas de ferraille que l’on assemble joliment pour qu’il devienne une œuvre d’art. C’est la mémoire locale, celle des humains certainement et si l’on est poète,  celle des engins eux-mêmes. Des vestes il en a sans doute vu d’autres sur ses flans ce « Case » du 19ème. Ce n’est donc pas seulement leur veste que nos élus auraient pu mettre sur ce tracteur mais aussi leurs c... ! et cela aurait été encore une plus belle marque de respect.